Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog Littéraire

  • : Au fil de mes lectures
  • : Mes notes de lecture...Vous y trouverez des genres divers, le fantastique, le polars, le roman historique, la fantasy, la littérature française et étrangère...
  • Contact

" La liseuse " de Fragonard

La-liseuse-copie-2.jpg

Entrez Votre Recherche

Mes Fées et Gestes

 






 

 

Les Archives

...

Avertissement au lecteur qui se risque en ces lieux !
Bienvenue sur mon blog entièrement dédié à l'une de mes passions, les livres. C’est une façon pour moi de garder une trace de mes lectures mais aussi de les partager avec d’autres passionnés et d’échanger des impressions et avis que je souhaite constructifs. 
Bien sûr, mes avis sont personnels et n'engagent que moi.
Bonne balade chez Laetitia la liseuse.

28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 11:55

Amateurs de l’imaginaire, je vous invite cette fois-ci à participer à un jeu concours pour tenter de gagner des livres de fantasy.

 

Du 13 au 31 octobre 2008, les éditions « Le Pré aux clercs » vous propose de gagner 10 romans Acacia - tome I, la guerre du Mein sorti le 16 octobre - de David Anthony Durham et 20 petits livres des elfes d’Edouard Brasey. Dépêchez-vous, la nuit d’Halloween est bientôt là ! Cliquez sur l’image pour vous rendre sur le très beau site du livre "Acacia".

 

Bonne chance à tous !

Bientôt les résultats !

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 11:45

 Chers lecteurs, il ne vous reste plus que 4 jours pour tenter de remporter des exemplaires de "L'anneau de Moebius" et de "La mémoire fantôme" de Franck Thilliez.


Ce concours est organisé par le site Polars Pourpres et les éditions "Le passage" ainsi que "Pocket". Profitez-en vite pour avoir la chance de découvrir l'auteur ! Cliquez sur l'image.


Bonne chance à tous !

Bon ben c'est loupé pour moi et vous ?


Les résultats 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 10:50

                                                 Sappho et Alcaeus - Sir Lawrence Alma-Tadema
 
Début octobre, Alwenn me tagguait. Fin octobre, me voilà rappelée à l’ordre par Keltia, Calepin et Chris89. Ce n’est pas vraiment un tag littéraire mais je m’y prête volontiers. Ça fait un sacré bout de temps que je n’ai pas posté de morceaux de musique en plus. Et puis entre nous, ça me permet de poster des billets en attendant ma chronique de "Terreur". 700 pages c'est pas rien, mine de rien !

 

En voici les consignes :

- Choisir 5 chansons qui vous ressemblent et dire pourquoi

- Faire une petite playlist avec les chansons

- A la fin mettre "The Song" (une sixième chanson) celle que vous aimez d'amour, que jamais plus vous ne vivrez sans !

- Tagguer 5 personnes de votre choix

 

Des chansons qui me ressemblent ? Voyons voir… Elles ne me ressemblent peut-être pas mais je pourrais les écouter en boucle sans problème.





Là j’ai vraiment ramé pour choisir UNE chanson du groupe brittanique MuseMatthew Bellamy a une voix magnétique. Un rock saturé et lyrique comme je l’aime. Un contraste qui m’attire comme un aimant. New born débute par une intro au piano aux accents mélancoliques puis les guitares électriques prennent le relais avec des riffs qui montent en puissance.



Découvrez Julien Doré!



Pour sa folie, son côté décalé et ironique, hors du temps et puis c'est la bonne humeur assurée. ça fait du bien de temps en temps, non ? Il est français en plus.


Découvrez Within Temptation!



L'alchimie est passée dès les premières notes et depuis c'est l'entente parfaite entre nous (rires). Un gros coup de coeur pour ce groupe néerlandais et son univers de Métal symphonique. Et aussi parceque la chanteuse Sharon a une garde-robe a tomber !


Découvrez The Offspring!



"The Offspring" est le groupe de mon adolescence et ce titre endiablé marque leur grand retour et en grande forme. L'album "Rise and fall" est moins punk mais plus rock, entre morceaux énergiques et ballades mélodieuses.


Découvrez The Corrs!



Là ! c'est mon petit coeur romantique qui parle. Une histoire d'amour pleine d'espoir et d'attente ! "The Corrs" est un groupe aux influences celtiques. Snif !


Découvrez Metallica!



Et le plus beau morceau pour la fin. Cette ballade de Metallica n'est plus toute jeune mais elle est pour moi intemporelle et indétrônable. J'aurais pu citer U2 et son "one", Nickelback et son "Far away" mais faut choisir, alors... Autre version : Le groupe "Apocalyptica" l'a reprise de manière instrumentale et c'est vraiment fabuleux. A écouter à deux. Et c'est tout ce qui importe !


Comme ce tag a déjà pas mal tourné d'après ce que j'ai vu, je laisse au passant le choix de continuer et de nous faire découvrir à son tour ses goûts musicaux ! Allez, ne soyez pas timides...
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 11:46

 

Editions l’Archipel - Thriller - Octobre 2008 - 525 pages
 
Présentation de l’éditeur : Après avoir quitté précipitamment les États-Unis, John Baron, le héros de L'Exilé, ancien inspecteur du Los Angeles Police Department, a refait sa vie en Angleterre sous le nom de Nicolas Marten. Il revient toutefois aux États-Unis lorsque son amour de jeunesse l'appelle à son chevet. La jeune femme lui apprend alors qu'elle a été empoisonnée après avoir découvert un trafic d'armes chimiques clandestin. Un groupe satanique, la secte d'Aldebaran, s'apprêterait à frapper. Cette confrérie réunissant financiers et politiques existe depuis la Renaissance ; elle s'inspire d'un addendum secret au Prince de Machiavel. Son but : dominer le monde et éradiquer l'islam.
 
Première étape : abattre le président de la République française et la chancelière allemande, dont ils désapprouvent la politique au Moyen-Orient. Pour cela, ils ordonnent au Président américain, John Harris, de souscrire à leurs demandes. Mais ce dernier refuse de coopérer. Sentant sa vie menacée, Harris s'enfuit. Avec Marten, sans pouvoir se fier à quiconque, ils vont défier la secte...
 
Un peu d’histoire : Nicolas Machiavel, né en 1469 à Florence, fut un des grand penseurs de la renaissance. Philosophe et politicien, son œuvre majeur reste « Le prince », traité de politique, qui donna plus tard naissance à l’expression de Machiavélique.
 
Mes impressions : Allan Folsom nous livre dans cette suite de "L’exilé", un conspiration très ambitieuse. En effet, le lecteur découvre une organisation secrète dont l’origine remonterait à la renaissance. Sa dangerosité tiendrait du fait qu’elle détient un livre inconnu du public - une suite de l’ouvrage « Le prince » - écrit par Machiavel lui-même. Son contenu donnerait à son possesseur toutes les clés pour obtenir le pouvoir suprême et le conserver. A travers les siècles, cette société a donc mis à profit ces instructions pour atteindre les sphères du pouvoir dans divers domaines et s’y maintenir par tout les moyens. Désormais, l’ancien flic Nicolas Marten, le président John Harris et quelques alliés devront affronter un redoutable ennemi et faire preuve de ruse pour survivre et éviter l’avènement d’un nouvel ordre mondial.
 
"Le complot Machiavel" est un thriller mené tambour-battant où chaque titre de chapitres nous rappellent que l’heure tourne et que chaque minute compte. Le lecteur suit Nicolas Marten dans sa course effrénée à travers les USA, l’Espagne, la France, l’Allemagne pour se terminer en Angleterre. L’auteur n’est d’ailleurs pas tendre avec ses personnages principaux qu’il malmène à un point où l’on se demande si tout cela est plausible. Allan Folsom nous offre un pur récit d’action ! En rechanche, l’histoire aurait gagné à être plus condensée car l’intrigue traîne quelque peu en longueur entre chaque rebondissement à l’image de cette descente interminable dans une ancienne mine. L’épilogue conclut de manière à faire appel à l’imagination du lecteur et laisse présager une suite des aventures de Nicolas Marten alias John Baron.
 
Ma note :

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 19:23

Editions Pocket - Thriller - Février 2007 - 480 pages
 
Présentation de l’éditeur
 : Paris, 2005. Détentrice d’un secret d’État, menacée de mort, Marion doit fuir au plus vite. Prise en charge par la DST, elle est conduite en secret au Mont-Saint-Michel.
 
Le Caire, 1928. Le détective Matheson consigne dans son journal les détails d’une enquête particulièrement sordide : des cadavres d’enfants atrocement mutilés sont retrouvés dans les faubourgs du Caire. Rapidement, la rumeur se propage : une goule, créature démoniaque, serait à l’origine de ces meurtres. Mais Matheson refuse de croire à la piste surnaturelle. À première vue, rien de commun entre ces deux époques. Et pourtant…

 

Mes impressions : Mêlée - bien malgré elle - à une affaire politique plus que douteuse, Marion, secrétaire à l’institut médico-légal de Paris, est contrainte de fuir. Sa vie menacée, la DST l’éloigne et lui choisit pour refuge, le Mont Saint Michel. Au cœur d’une communauté religieuse, la jeune femme tente de s’acclimater à cette retraite forcée mais la vie de Marion bascule à nouveau le jour où elle découvre un vieux manuscrit trouvé à la bibliothèque d’Avranches. Ecrit de la main d’un certain Jeremy Matheson en 1928, le journal intime relate la traque d’un mystérieux tueur en série opérant dans les environs du Caire en Egypte. Le bruit court qu’une goule, créature maléfique du folklore oriental, rôderait aussi dans les parages. De nos jours… Malgré quelques précautions, Marion ne manque pas d’attirer l’attention sur ce carnet. Le danger n’est jamais loin !

 

Bien loin de "la trilogie du mal" qui l’a révélée au public, Maxime Chattam nous convie cette fois à un jeu de piste au suspense inégal mais richement documenté sur les lieux où se déroulent les deux histoires parallèles. Le lecteur déambule ainsi dans les ruelles du Mont Saint Michel à la découverte de son passé mystique puis, fait un bond dans le passé pour découvrir les faubourgs inquiétants du Caire. L’ajout d’éléments surnaturels n’est pas pour nous déplaire, apportant ainsi une atmosphère horrifique. Les personnages sont loin d’être lisses à l’image de Marion qui dissimule un passé obscur ou encore de Jeremy, qui, sous des airs froids cachent de nombreuses blessures évoquées au fil du récit. "Le sang du temps" n’est certes pas un thriller incontournable mais Maxime Chattam réussit avec brio, à nous faire voyager d’une époque à l’autre, dans des sites remarquablement bien décrits.
                                                                                                                                          Franz von Stuck
Ma note : undefined
  

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 11:41

The bridge Editions Paquet - Août 2008 - 48 pages - One Shot

Présentation de l'éditeur : Irak, région de Kerbala. Une section du premier régiment de reconnaissance du corps des marines est en embuscade dans un village abandonné. Parmi les hommes, le caporal Enrique Chavez, qui vient de passer cinq jours en permission au pays. Cinq jours durant lesquels il a dû faire face aux difficultés familiales tout en faisant abstraction de la guerre, des attentats et se dire que malgré tout, ça a un sens d'être là-bas.

Mon avis : Irak, Région de Kerbala. Embusqué dans un village à l’abandon, un corps de marines doit intercepter un groupe de terroristes dans une des régions les plus sensibles d’Irak. Parmi eux, le caporal Enrique Chavez de retour d’une permission exceptionnelle. C’est au cours de cette mission périlleuse que Chavez va se remémorer ses cinq jours passés dans son pays - les USA - et les soucis familiaux auxquels il a dû faire face.

Dans ce one shot, Michel Koeniguer, à la fois scénariste et dessinateur, a su évoquer deux mondes très différents de prime abord mais réunis sur un champs de bataille depuis déjà quelques années. D’un côté, l’Irak, un pays dévasté par la guerre et ses attentats où l’auteur y raconte le quotidien de soldats américains. De l’autre, les Etats-Unis, rongés par l’insécurité latente et la violence des rues. Enrique Chavez est le témoin privilégié de ce parallèle entre les horreurs commises en temps de guerre et la criminalité urbaine.

The bridge aurait bien mérité un second opus de manière à développer des points et même des personnages qui paraissent quelquefois survolés. Tout y est très rapidement exposé, trop peut-être, même si cette concision ne nuit en rien au déroulement de l’intrigue.

Côté graphisme, l’action qui prédomine tout au long de l’ouvrage est parfaitement bien rendue grâce à des couleurs vives et un dessin des plus réalistes. Les scènes d’assaut et de combat sont frappantes de vérité et bien souvent explosives. Au final, The bridge est une histoire bourrée d’action, de réflexion, bref, un traitement moderne et percutant d’un sujet d’actualité.

Ma note
undefined

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 16:33

Editions Le Passage - Thriller - Octobre 2008 - 544 pages  coeur-chouette.gif
 
Présentation de l’éditeur : Lamorlaye (Oise). Vous rêvez. Vous vous voyez courir dans votre maison, les mains en sang. La police vous recherche pour le meurtre d’une gamine que vous ne connaissez pas. Vous vous réveillez. Et vous comprenez que ces rêves sont votre futur. Vous, dans quelques jours…
 
Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Le corps mutilé d’une femme, enduit de vinaigre. Il semble avoir fait l’objet d’un rituel bien précis. Pour Victor Marchal, jeune lieutenant de police tout juste sorti de l’école, la descente aux enfers commence.
 
 
Aucune relation entre ces deux histoires, a priori. Et pourtant…

 
Les premières lignes : "Devant ses yeux, l’image vibrait, grossissait, rapetissait. C’était à lui en faire exploser les tempes. Stéphane s’arrêta au milieu de l’escalier, se retourna brusquement, avant de continuer sa descente vers le rez-de-chaussée. Il chercha l’interrupteur du salon, l’actionna plusieurs fois. Aucune lumière, juste une traînée de sang que ses doigts abandonnèrent sur le plâtre. Il fixa un instant ses mains rouges de vie, de mort, toutes tremblantes, puis reprit sa progression rapide. Sa lampe torche découpait l’obscurité. Sa respiration le brûlait. De douleur. De terreur. (…)"

 

Mon avis : Pour la première fois de sa vie, Stéphane Kismet se souvient de ses rêves. Ces derniers l’assaillent chaque nuit, toujours plus réels, plus violents et si précis que Stéphane décide d’enquêter sur ses cauchemars qui pourraient bien se révéler prémonitoires. Ces impressions de déjà-vu l’interpellent ! Mais son passé trouble et son goût pour le morbide risquent fort de le discréditer aux yeux des autres. Pourtant, ses recherches vont le mener à croiser la route de Victor Marchal, surnommé Vic. Celui-ci, tout jeune flic, débute sa carrière avec une affaire des plus sombres. Le meurtre particulièrement atroce d’une femme. Deux destins croisés : Vic et Stéphane vont alors travailler de concert et tenter de déjouer le destin. Une course contre le temps est engagée.
 

Dans ce nouveau thriller, Franck Thilliez aborde deux thèmes assez singuliers et se combinant implacablement pour donner une trame complexe et savamment construite. D’une part, l’auteur développe avec une précision d’horloger, le voyage dans le temps et les paradoxes temporels. En effet, des indications temporelles sont signalées au début de chaque chapitre. Grâce à ces rêves spatio-temporels, Stéphane a la possibilité d’influencer le cours des choses et c’est là qu’intervient la théorie de l’anneau de Moebius qui nous est exposée en détail. Le passé, présent, futur s’entrecroisent avec une remarquable cohérence. D’autre part, le roman traite de la question des déviances humaines à l’instar de la fascination pour les monstres. C’est dans cet univers glauque que le tueur en série évolue, laissant derrière lui des crimes rituels monstrueux et peu d’indices permettant de remonter jusqu’à lui. L’auteur en profite pour évoquer la différence et le regard de la société.
 

Evitant avec soin les non-sens, Franck Thilliez livre à ses lecteurs un récit percutant, fort documenté doublé d’un suspense allant crescendo en compagnie de protagonistes confrontés aux pires. Ne tardez pas à découvrir "L'anneau de Moebius" si vous avez le cœur bien accroché !
 
Ma note :


Livres du même auteur : Train d'enfer pour ange rouge, Deuils de miel

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 21:53

img258/42/51nb50uxzjlsl500aa240ni1.jpgEd. Daniel Maghen - Tome I - Les plus grands naissent posthumes - Septembre 2008 - 48 pages
  
Présentation de l’éditeur
 : Après l’Apocalypse, le monde est dévasté. Les derniers hommes combattent le royaume des ténèbres. Dans ce panorama dantesque se livre une guerre sans merci. Des hordes de cyclopes sanguinaires chassent les humains. La “grande moisson” se prépare sous les ordres des sacrifiés, ces
hommes choisis par les messagers de l’obscur et devenus depuis des démons-vampires aux ordres de l’Enfer. Les survivants, guidés par le gouverneur Abbadon, se réfugient dans la “Grande Fosse”, une immense faille rocheuse percée de grottes. Certains tentent d’organiser une résistance, tandis que d’autres sont réduits à l’esclavage au service de l’envahisseur. La belle Païli aura un rôle fondamental à jouer. Elle semble avoir été programmée par la nature pour renverser le rapport de forces : elle a été élue pour libérer l’humanité. Pour ce faire, elle pourra compter sur Monsieur Pio, son mentor, mais aussi sur Alice, un sacrifié et non des moindres. Il est le favori des ténèbres et assure l’avancée des cyclopes. Les autres démons le craignent ou le haïssent. Alice est beau et mystérieux. L’histoire d’amour impossible et déchirante qui va naître entre Païli et lui fera tout basculer… surtout quand Abbadon montrera son vrai visage.
  
Mon avis
 : « Apocalypse », voilà qui en dit long sur la descente infernale auquel nous convie Loïc Malnati. L’atmosphère sombre est saturée de la violence de ce monde post-apocalyptique. Peuplé de cyclopes sanguinaires et de démons-vampires avides de sang, ce paysage de désolation offre pourtant sa part de beauté. A l’image de ces étranges papillons roses, à la funeste beauté, voletant autour des personnages et apportant par la même une dimension quasi poétique. L’auteur-dessinateur a le sens du détail et en abuse pour rendre ses protagonistes vivants. Le lecteur découvre au fil des pages de tristes visages enfantins, la séduisante silhouette de Païli ou encore le regard magnétique d’Alice, vampire à l’allure charismatique.
 
Pour ce faire, Loïc Malnati opte pour un graphisme hyper-réaliste, aux airs étonnamment cinématographiques, sur un joli papier glacé. L’esthétisme, gothique à souhait, est exalté par l'emploi de l’acrylique parfaitement maîtrisé. Si l’intrigue suscite beaucoup d’interrogations, la toute dernière planche laisse planer un secret qui augure dans le second volet, de futures révélations pour le moins cruciales, telles les origines enfin dévoilées de Païli, l’élue.
 
Ma note
:
undefined

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 11:54

Keisha, Keltia, Alwenn, Chris et Christina m’ont fait l’honneur de me décerner le prix « J’aime ton blog » qui fleurit en ce moment sur la blogosphère. Merci à vous ! Ça me fait très plaisir d’autant plus que vos blogs font partis de mes balades littéraires sur le net. 7 blogs à choisir parmi tout un bataillon, c’est presque mission impossible mais jouons le jeu !

 

En voici les règles :

 

- mettre le logo et les règles sur votre blog.
- mettre le lien de la personne qui vous a attribué ce prix.
- désigner 7 de nos blogs préférés.
- les prévenir que vous leur avez attribué ce prix !

 

Les 7 nominées parmi mes favoris sont :

 

- Isil et ses chroniques pour tous ces fabuleux classiques qu’elle lit et que j’aimerais lire mais que je retarde trop souvent.
 

- Karine et son Coin lecture pour l’humour qu’elle parsème dans tous ses billets et ses expressions canadiennes.

 

- Lou de My Lou Book pour ses longues chroniques tentatrices et ses fabuleuses lectures diverses et variées.

 

- Lamousme et Sa maison de vie pour sa passion pour la peinture préraphaélite et les belles illustrations découvertes.

 

- Sofy de ZoneLivre. C’est une véritable caverne d’Ali Baba spécialisé dans le roman policier. Elle nous informe des nouveautés, des dates de dédicaces, des interviews, des salons littéraires…

 

- Cendre de Ludique et fantasmagorique parcequ’elle a une collection astronomique d’ouvrages des éditions de l’Oxymore et qu’elle en parle très bien.

 

- Laure de L’autre côté du miroir parce que j’aime me plonger dans son univers fleurant bon le merveilleux. On y rencontre des auteurs, des peintres, des contes, des créatures légendaires, des ouvrages mystérieux et bien d’autres choses…

 

J’aurais bien continué comme ça avec moult blogueurs mais j’ai bien compté. Le compte est bon. A vous de poursuivre la chaîne en désignant 7 autres blogs. N’oubliez pas le joli logo ! Je suis quasiment sûre que certaines blogueuses que j’ai sélectionné ont déjà fait ce tag donc elles sont, bien sûr, libérées de cette chaîne.
 

En septembre, Belle de nuit m’a taggué et comme l’on dit souvent : mieux vaut tard que jamais ! c’est un peu ma spécialité de remettre au lendemain mais je n’oublie pas, ça non !

 

Voilà le règlement de ce jeu  :

 

1. Mettre le lien de la personne qui vous a tagué

2. Mettre le règlement sur le blog

3. Mentionner 3 mots que vous aimez et 3 mots que vous n'aimez pas

4. Taguer 5 personnes et les en avertir sur leurs blogs.

 

3 mots que j’aime : Mystère (j’aime tout ce qui est mystérieux) - Murmure (J’aime lire en murmurant) - Capharnaüm (parcequ’il est rigolo)

 

3 mots que j’aime pas :  Religion - Diatribe - Vide

 

Je passe la main à qui veut…
 
Tableau représentant Thisbe de John W. Waterhouse

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 18:40

img505/5495/morsureun1.jpgEditions Bragelonne - Collection L’Ombre - Août 2007 - 431 pages

Présentation de l’éditeur : Elena Michaels se coule hors de son lit, prenant bien soin de ne pas réveiller son compagnon. Il ne supporte pas qu'elle disparaisse comme ça au beau milieu de la nuit. Quelle femme normale pourrait avoir tant besoin de retrouver la solitude des rues sombres et mal famées de la ville ? L’énergie contenue déchire ses muscles – elle ne peut plus attendre. Elle adore courir aux frontières de la ville, mais n'en a plus le temps. Elle se glisse dans une ruelle, ôte ses vêtements et se prépare au Changement…

Elena fait tout ce qu'elle peut pour être normale. Elle hait sa force, sa sauvagerie, sa faim, son désir, ses instincts de chasseuse et de tueuse. Elle aimerait avoir un mari, des enfants… et même une belle-mère. En tout cas, c'est ce qu'elle voudrait croire. Et voilà que la Meute a besoin d'elle. Cette Meute qu'elle chérit et déteste tout à la fois est la cible d'une bande de déviants sans pitié. Ils menacent de dévoiler leur existence, enfreignant les lois du clan. La loyauté du sang ne se discute pas. Et au cours de son combat, Elena découvrira sa vraie nature…

Mon avis : Elena, jeune et séduisante trentenaire, cherche tant bien que mal à vivre une vie normale à Toronto. Elle est sur le point d’y parvenir quand son passé ressurgit, mettant à mal ses projets de stabilité - un compagnon attentionné, un job intéressant et un avenir tout tracé. La jeune femme cache une particularité pour le moins étonnante. Elle est un loup-garou. Et sa meute - qu’elle a quitté voilà un an - est en danger et a besoin d’elle. Maintenant. Malgré ses réticences, son instinct animal la pousse à rejoindre à Stonehaven son ancienne famille, Jeremy l’alpha et le reste de la meute dont un certain Clay (quel homme !), son amour de jeunesse. Un cabot - entendez par là : un loup-garou errant n’appartenant pas à la meute - menace l’équilibre du clan.  Elena va alors, par ce retour aux sources, découvrir sa véritable nature et peut-être se réconcilier avec elle-même…

"Morsure" est un savant mélange de romance et d’action sur fond de fantastique. Le dosage est d’ailleurs suffisament tempéré pour éviter à l’intrigue de tomber dans le cliché fleur bleue ou violence gratuite. Et que dire des poncifs liés à la lycanthropie ! Kelley Armstrong dépoussière un mythe en laissant courir ses garous la journée, les faisant muter à l’envie, les dotant d’intelligence et de nouveaux pouvoirs entre autres… Les descriptions des rapports de hiérarchie dans la meute tout comme celles du processus de mutation sont originales et bien développées. Elena, la narratrice, dévoile une personnalité complexe et attachante, tiraillée entre sa part d’humanité et son côté animal, entre l’homme qu’elle s’est choisie et son amour de jeunesse auprès duquel elle s’est brûlée les ailes. Une écriture simple mais bien rythmée en font un bon roman divertissant. La chasse, menée tambour battant, est ouverte et se poursuit dans "Capture", second roman sorti en février 2008 puis la suite à paraître en octobre sous le titre de "Magie de pacotille".

Karine, Bladelor, Fashion, Lilly, Yueyin et Stephanie ont aussi été mordues.

Ma note :

Partager cet article
Repost0

Ma Lecture du moment . . .


"Le Trône de Fer"
George R.R. Martin

 

DarkFantasy
J'ai lu - Intégrale II

Avis à la population...


        
  Wikio - Top des blogs - Litterature    

Mes Notes de lecture...

  Coup de coeur 

 
Chef d'oeuvre
 Excellent
 Bon (mais...)
 Passable
 A éviter

Mes Coups de coeur 2009

Les Chants de la Walkyrie 


Orgueil et préjugés : Edition spéciale
 
Les âmes brûlées