Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog Littéraire

  • : Au fil de mes lectures
  • : Mes notes de lecture...Vous y trouverez des genres divers, le fantastique, le polars, le roman historique, la fantasy, la littérature française et étrangère...
  • Contact

" La liseuse " de Fragonard

La-liseuse-copie-2.jpg

Entrez Votre Recherche

Mes Fées et Gestes

 






 

 

Les Archives

...

Avertissement au lecteur qui se risque en ces lieux !
Bienvenue sur mon blog entièrement dédié à l'une de mes passions, les livres. C’est une façon pour moi de garder une trace de mes lectures mais aussi de les partager avec d’autres passionnés et d’échanger des impressions et avis que je souhaite constructifs. 
Bien sûr, mes avis sont personnels et n'engagent que moi.
Bonne balade chez Laetitia la liseuse.

23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 01:58

img265/8200/pgxd4.jpg

Editions Anne Carrière - Thriller fantastique - Octobre 2008 - 560 pages

 

Présentation de l’éditeur : Juillet 2008. Marie Parks, profileuse et médium au FBI, met un terme à la carrière sanglante du plus redoutable tueur en série qu’elle ait jamais traqué. Elle n’aspire plus qu’à rentrer chez elle pour tenter d’oublier les images atroces qu’elle a rapporté de cette enquête. Sur le chemin du retour, une vision l’obsède : une fillette noire, dans un stade, au milieu d’une foule de réfugiés, semble avoir besoin d’elle.

 

Au même moment, un ouragan dévaste la côte sud des Etats-Unis. Toute l’Amérique a les yeux rivés sur le grand ravage. Pour quelques scientifiques que les agents d’une étrange Fondation assassinent les uns après les autres, la catastrophe n’a rien de naturel et annonce la reprise d’une lutte engagée de longue date, dont l’enjeu est l’extinction pure et simple de l’espèce humaine.  Alors que l’apocalypse approche, une jeune orpheline prénommée Holly devient, bien malgré elle, la détentrice de pouvoirs terrifiants et l’objet de nombreuses convoitises.

 

Une traque haletante s’engage où le seul espoir de l’humanité réside désormais dans une gamine de onze ans protégée par une femme brisée et en colère, une femme qui enverrait bien l’humanité toute entière rôtir en enfer si ses portes ne venaient pas de s’ouvrir pour l’engloutir.

 

Les premières lignes : "- Marie ?

- Je ne dors pas. Je rêve que je ne dors pas.

L’agent spécial Marie Parks a les yeux fermés. Elle est étendue sur un large divan et respire les odeurs de bois et de cigare qui imprègnent la pièce. Dehors, derrière la baie vitrée recouverte d’un film occultant, des enfants jouent au ballon sur la terrasse de la villa. Plus bas, Marie entend résonner des klaxons quelques sirènes dévalant les avenues. Les rumeurs plus lointaines de Rio de Janeiro, le grand bourdonnement des hommes. La lente respiration de la ville."

 

Mon avis : En 2007, Patrick Graham nous plongeait dans les entrailles du mal avec L’évangile selon Satan. Pour son second roman, il convie ses lecteurs à une course apocalyptique au côté de Marie Parks, profileuse et agent du FBI déjà rencontrée dans le précédent opus. Toujours en proie avec ses démons intérieurs, Marie devra composer avec et puiser assez de forces pour affronter le Grand Ravage tout en protégeant Holly, une fillette innocente malgré ses pouvoirs immenses. L’auteur apporte une bouffée d’air pur et d’espoir avec ce personnage clé. La psychologie des protagonistes est très fouillée et se développe au fil des pages. Elle montre la maîtrise de l’auteur à faire naître une galerie de portraits fascinants à l’image de l’héroïne, jeune femme aux multiples facettes, tantôt forte, effrontée et passionnée, tantôt tourmentée, autodestructrice et cynique.

 

Mené tambour battant, L’apocalypse selon Marie s’ouvre sur un prologue intense, révélant une intrigue bien ficelée et un suspense parfaitement entretenu. Même si les pièces du puzzle se mettent lentement en place, les chapitres défilent, les rebondissements - passés et présents - s’enchaînent sur un rythme d’Enfer. Patrick Graham n’hésite pas à réveiller les peurs les plus primitives de l’homme tel l’extinction de l’espèce humaine, sur fond de manipulations génétiques. De quoi pousser à la réflexion ! Une course contre la montre s’engage pour sauver l’humanité. Enfin, le fantastique dominant cette fois-ci sur le thriller, L’apocalypse selon Marie ravira sûrement les férus d’imaginaire ce qui ne sera pas forcément le cas pour les amateurs de pur thriller. Lecteurs, la fin du monde est proche !

 

Ma note :

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 11:46

 

Editions l’Archipel - Thriller - Octobre 2008 - 525 pages
 
Présentation de l’éditeur : Après avoir quitté précipitamment les États-Unis, John Baron, le héros de L'Exilé, ancien inspecteur du Los Angeles Police Department, a refait sa vie en Angleterre sous le nom de Nicolas Marten. Il revient toutefois aux États-Unis lorsque son amour de jeunesse l'appelle à son chevet. La jeune femme lui apprend alors qu'elle a été empoisonnée après avoir découvert un trafic d'armes chimiques clandestin. Un groupe satanique, la secte d'Aldebaran, s'apprêterait à frapper. Cette confrérie réunissant financiers et politiques existe depuis la Renaissance ; elle s'inspire d'un addendum secret au Prince de Machiavel. Son but : dominer le monde et éradiquer l'islam.
 
Première étape : abattre le président de la République française et la chancelière allemande, dont ils désapprouvent la politique au Moyen-Orient. Pour cela, ils ordonnent au Président américain, John Harris, de souscrire à leurs demandes. Mais ce dernier refuse de coopérer. Sentant sa vie menacée, Harris s'enfuit. Avec Marten, sans pouvoir se fier à quiconque, ils vont défier la secte...
 
Un peu d’histoire : Nicolas Machiavel, né en 1469 à Florence, fut un des grand penseurs de la renaissance. Philosophe et politicien, son œuvre majeur reste « Le prince », traité de politique, qui donna plus tard naissance à l’expression de Machiavélique.
 
Mes impressions : Allan Folsom nous livre dans cette suite de "L’exilé", un conspiration très ambitieuse. En effet, le lecteur découvre une organisation secrète dont l’origine remonterait à la renaissance. Sa dangerosité tiendrait du fait qu’elle détient un livre inconnu du public - une suite de l’ouvrage « Le prince » - écrit par Machiavel lui-même. Son contenu donnerait à son possesseur toutes les clés pour obtenir le pouvoir suprême et le conserver. A travers les siècles, cette société a donc mis à profit ces instructions pour atteindre les sphères du pouvoir dans divers domaines et s’y maintenir par tout les moyens. Désormais, l’ancien flic Nicolas Marten, le président John Harris et quelques alliés devront affronter un redoutable ennemi et faire preuve de ruse pour survivre et éviter l’avènement d’un nouvel ordre mondial.
 
"Le complot Machiavel" est un thriller mené tambour-battant où chaque titre de chapitres nous rappellent que l’heure tourne et que chaque minute compte. Le lecteur suit Nicolas Marten dans sa course effrénée à travers les USA, l’Espagne, la France, l’Allemagne pour se terminer en Angleterre. L’auteur n’est d’ailleurs pas tendre avec ses personnages principaux qu’il malmène à un point où l’on se demande si tout cela est plausible. Allan Folsom nous offre un pur récit d’action ! En rechanche, l’histoire aurait gagné à être plus condensée car l’intrigue traîne quelque peu en longueur entre chaque rebondissement à l’image de cette descente interminable dans une ancienne mine. L’épilogue conclut de manière à faire appel à l’imagination du lecteur et laisse présager une suite des aventures de Nicolas Marten alias John Baron.
 
Ma note :

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 19:23

Editions Pocket - Thriller - Février 2007 - 480 pages
 
Présentation de l’éditeur
 : Paris, 2005. Détentrice d’un secret d’État, menacée de mort, Marion doit fuir au plus vite. Prise en charge par la DST, elle est conduite en secret au Mont-Saint-Michel.
 
Le Caire, 1928. Le détective Matheson consigne dans son journal les détails d’une enquête particulièrement sordide : des cadavres d’enfants atrocement mutilés sont retrouvés dans les faubourgs du Caire. Rapidement, la rumeur se propage : une goule, créature démoniaque, serait à l’origine de ces meurtres. Mais Matheson refuse de croire à la piste surnaturelle. À première vue, rien de commun entre ces deux époques. Et pourtant…

 

Mes impressions : Mêlée - bien malgré elle - à une affaire politique plus que douteuse, Marion, secrétaire à l’institut médico-légal de Paris, est contrainte de fuir. Sa vie menacée, la DST l’éloigne et lui choisit pour refuge, le Mont Saint Michel. Au cœur d’une communauté religieuse, la jeune femme tente de s’acclimater à cette retraite forcée mais la vie de Marion bascule à nouveau le jour où elle découvre un vieux manuscrit trouvé à la bibliothèque d’Avranches. Ecrit de la main d’un certain Jeremy Matheson en 1928, le journal intime relate la traque d’un mystérieux tueur en série opérant dans les environs du Caire en Egypte. Le bruit court qu’une goule, créature maléfique du folklore oriental, rôderait aussi dans les parages. De nos jours… Malgré quelques précautions, Marion ne manque pas d’attirer l’attention sur ce carnet. Le danger n’est jamais loin !

 

Bien loin de "la trilogie du mal" qui l’a révélée au public, Maxime Chattam nous convie cette fois à un jeu de piste au suspense inégal mais richement documenté sur les lieux où se déroulent les deux histoires parallèles. Le lecteur déambule ainsi dans les ruelles du Mont Saint Michel à la découverte de son passé mystique puis, fait un bond dans le passé pour découvrir les faubourgs inquiétants du Caire. L’ajout d’éléments surnaturels n’est pas pour nous déplaire, apportant ainsi une atmosphère horrifique. Les personnages sont loin d’être lisses à l’image de Marion qui dissimule un passé obscur ou encore de Jeremy, qui, sous des airs froids cachent de nombreuses blessures évoquées au fil du récit. "Le sang du temps" n’est certes pas un thriller incontournable mais Maxime Chattam réussit avec brio, à nous faire voyager d’une époque à l’autre, dans des sites remarquablement bien décrits.
                                                                                                                                          Franz von Stuck
Ma note : undefined
  

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 16:33

Editions Le Passage - Thriller - Octobre 2008 - 544 pages  coeur-chouette.gif
 
Présentation de l’éditeur : Lamorlaye (Oise). Vous rêvez. Vous vous voyez courir dans votre maison, les mains en sang. La police vous recherche pour le meurtre d’une gamine que vous ne connaissez pas. Vous vous réveillez. Et vous comprenez que ces rêves sont votre futur. Vous, dans quelques jours…
 
Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Le corps mutilé d’une femme, enduit de vinaigre. Il semble avoir fait l’objet d’un rituel bien précis. Pour Victor Marchal, jeune lieutenant de police tout juste sorti de l’école, la descente aux enfers commence.
 
 
Aucune relation entre ces deux histoires, a priori. Et pourtant…

 
Les premières lignes : "Devant ses yeux, l’image vibrait, grossissait, rapetissait. C’était à lui en faire exploser les tempes. Stéphane s’arrêta au milieu de l’escalier, se retourna brusquement, avant de continuer sa descente vers le rez-de-chaussée. Il chercha l’interrupteur du salon, l’actionna plusieurs fois. Aucune lumière, juste une traînée de sang que ses doigts abandonnèrent sur le plâtre. Il fixa un instant ses mains rouges de vie, de mort, toutes tremblantes, puis reprit sa progression rapide. Sa lampe torche découpait l’obscurité. Sa respiration le brûlait. De douleur. De terreur. (…)"

 

Mon avis : Pour la première fois de sa vie, Stéphane Kismet se souvient de ses rêves. Ces derniers l’assaillent chaque nuit, toujours plus réels, plus violents et si précis que Stéphane décide d’enquêter sur ses cauchemars qui pourraient bien se révéler prémonitoires. Ces impressions de déjà-vu l’interpellent ! Mais son passé trouble et son goût pour le morbide risquent fort de le discréditer aux yeux des autres. Pourtant, ses recherches vont le mener à croiser la route de Victor Marchal, surnommé Vic. Celui-ci, tout jeune flic, débute sa carrière avec une affaire des plus sombres. Le meurtre particulièrement atroce d’une femme. Deux destins croisés : Vic et Stéphane vont alors travailler de concert et tenter de déjouer le destin. Une course contre le temps est engagée.
 

Dans ce nouveau thriller, Franck Thilliez aborde deux thèmes assez singuliers et se combinant implacablement pour donner une trame complexe et savamment construite. D’une part, l’auteur développe avec une précision d’horloger, le voyage dans le temps et les paradoxes temporels. En effet, des indications temporelles sont signalées au début de chaque chapitre. Grâce à ces rêves spatio-temporels, Stéphane a la possibilité d’influencer le cours des choses et c’est là qu’intervient la théorie de l’anneau de Moebius qui nous est exposée en détail. Le passé, présent, futur s’entrecroisent avec une remarquable cohérence. D’autre part, le roman traite de la question des déviances humaines à l’instar de la fascination pour les monstres. C’est dans cet univers glauque que le tueur en série évolue, laissant derrière lui des crimes rituels monstrueux et peu d’indices permettant de remonter jusqu’à lui. L’auteur en profite pour évoquer la différence et le regard de la société.
 

Evitant avec soin les non-sens, Franck Thilliez livre à ses lecteurs un récit percutant, fort documenté doublé d’un suspense allant crescendo en compagnie de protagonistes confrontés aux pires. Ne tardez pas à découvrir "L'anneau de Moebius" si vous avez le cœur bien accroché !
 
Ma note :


Livres du même auteur : Train d'enfer pour ange rouge, Deuils de miel

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 01:21
La reine africaine

Editions JC Lattès - Roman policier - Juin 2008 - 378 pages

Présentation de l’éditeur
 : Tout en poursuivant ses études de droit et de psychologie, Lara Varani débute un stage à la brigade criminelle de Paris. Elle rêve de devenir profileuse, d’étudier et de comprendre le comportement des psychopathes. Mais pour ses débuts au Quai des Orfèvres, elle doit s’occuper d’une étrange affaire et d’une arme peu banale : des abeilles. Les dirigeants d’un prestigieux laboratoire pharmaceutique sont en effet la cible d’un mystérieux assassin et d’abeilles tueuses redoutables. Déjà deux victimes et aucune piste, aucun mobile… En retournant le temps d’un week-end dans la Drôme de son enfance, Lara fait la connaissance d’un jeune apiculteur philosophe, David. Tout en la guidant dans son enquête, il lui ouvre les portes d’un univers passionnant mais menacé d’extinction, dont elle ne soupçonnait pas la richesse. Elle découvre les abeilles, ces ouvrières infatigables, et les enjeux de leur survie pour l’environnement. Lara comprend vite qu’à travers ces meurtres inexpliqués, c’est une bataille entre deux conceptions du monde qui est engagée, entre ceux qui entendent dominer la nature au nom du progrès et ceux qui aspirent à vivre en harmonie avec elle.

Mon avis
 : La reine africaine est un étonnant polar écrit à quatre mains par un apiculteur et un journaliste. A la fois récit militant et enquête policière, le roman amène rapidement le lecteur à la réflexion, qu’elle porte sur l’avenir de l’humanité comme sur le déroulement de l'investigation. Lara Varani, notre héroïne et jeune stagiaire à la brigade criminelle de Paris, va se retrouver sur la piste de tueurs au mode opératoire pour le moins singulier. En effet, leur arme du crime se trouve être des essaims d’abeilles africaines, une des espèces les plus agressives. En Belgique, les dirigeants d’un grand laboratoire pharmaceutique en sont les victimes. Lara va alors démontrer d’évidentes aptitudes de criminologue tout en explorant un monde fascinant mais menacé, celui des abeilles. Les auteurs nous transmettent un peu de leurs connaissances. Nous découvrons au côté de David, un apiculteur passionné, les secrets de ce métier mais aussi la société matriarcale des abeilles et tout les bienfaits qu’elles apportent à l’équilibre de notre écosystème.

Côté intrigue
, le roman n’est pas en reste puisque le suspense va crescendo et les rebondissements mènent nos protagonistes de France en Belgique et pour finir vers un autre continent. Seule ombre au tableau, la première affaire criminelle qui a tant remué la brigade est totalement oubliée. Il aurait été intéressant, en parallèle, d’en connaître les aboutissants. Dans ce polar, l’éco-terrorisme est la réponse au profit économique de certains, assoiffés de pouvoirs. Mais est-ce vraiment une solution ? Une phrase éloquente d’Albert Einstein clôt ce roman : « Si les abeilles venaient à disparaître, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre »…

Ma note
:

Partager cet article
Repost0
22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 15:24
Le 108e cercle

Editions Liv’éditions - Roman policier - Suspense - 2005 - 416 pages

Présentation de l’auteur
 : Qui sont ces ombres masquées qui hantent les nuits de Caroline Vermont ? Sont-elles imaginaires ou correspondent-elles au Voltigeur, un spadassin cruel et sans pitié à la solde d'une redoutable organisation secrète ? Les enquêteurs Frangin et Saudemont vont comprendre que s'approcher du 108ème Cercle, c'est côtoyer la mort à chaque instant.

Les premières lignes
 : "Caroline se sentait mieux. Caroline avait besoin de lumière. C’est elle qui avait choisi le Gard. Elle ignorait pourquoi. Peut-être pour échapper à cette noirceur qui l’envahissait parfois.
"

Mon avis
 : Second livre de Jean-Paul le Denmat, "Le 108e cercle" tient toute les promesses d’un roman policier à suspense. L’histoire ou plutôt les histoires parallèles nous emmènent dans le Morbihan à Pontivy mais aussi dans le Gard à Uzès. A la suite d’une forte inondation à Pontivy, une mort suspecte est découverte. Tandis que dans le sud, un accident de car sème le doute chez deux policiers. D’autres incidents surviennent, des disparitions, des meurtres, des secrets bien gardés, des mises en scène... Caroline, la sœur de Jé - policier à Pontivy - se retrouve impliquée dans cette affaire et va devoir sonder son passé pour comprendre ses peurs.

Les pièces du puzzle vont peu à peu s’assembler et révéler une société secrète des plus dangereuses. Autour de ces deux enquêtes gravitent de nombreux personnages pour le moins atypiques. Il faudra au lecteur une attention soutenue pour débuter la lecture et identifier les multiples protagonistes mais une fois passé ce cap, c’est à une profusion de péripéties, de pistes et d’énigmes à résoudre que nous convie l’auteur. Enfin son écriture travaillée, rythmée avec des chapitres très courts en font un auteur à suivre. Une suite "La stratégie des ombres"  est en préparation.

Le site de Liv'éditions LIEN.gif - L'avis de Hannibal LIEN.gif

Ma note :

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 21:56
L'origine du mal

Ed. Anne Carrière - Thriller scientifique - Avril 2008 - 464 pages

Présentation de l’éditeur
 : Dans un futur beaucoup trop proche, un supervirus, issu d’une manipulation accidentelle, a exterminé en quelques jours la population du continent nord-américain. La communauté internationale a réagi en créant une institution supranationale nommée l’INGEN, qui contrôle et centralise toutes les recherches génétiques et veille à ce que plus aucun scientifique ne manipule le génome humain.

Guillaume Beaumont, jeune prodige français, fait ses débuts à l’INGEN. Ses résultats au concours d’entrée le promettent à un avenir brillant. Sa déception est immense lorsqu'il découvre qu’il est affecté au département de Yohann Van Helmont, un des directeurs de l’INGEN, mais aussi un mystique qui semble s’intéresser davantage à l’alchimie, la kabbale et l’histoire des religions qu’à la recherche pure.

Mais voilà qu’une série de meurtres ensanglante la petite communauté de l’INGEN, et Van Helmont semble voir en Guillaume un enquêteur providentiel, même si celui-ci ne comprend pas pourquoi son fantasque mentor lui confie cette mission. D’autant que, derrière les assassinats, l’enjeu se révèle bien vite d’une importance planétaire.

Mon avis : "Partez à la découverte de vos origines et de l’évolution de l’éspèce humaine". Telle est l’invitation de Gilles Haumont à ses lecteurs. La science est au cœur de l’action. L’étude du génome humain et de ses manipulations génétiques. Et les dérives qui vont en découler ne présagent rien de bon ! Guillaume Beaumont, tout juste arrivé à l’INGEN va se retrouver mêlé aux évènements qui secouent le monde de la génétique. Il va devoir réviser sa conception de la recherche et de ses têtes pensantes. Un autre univers - auquel il n’adhère pas - va se révéler à lui et remettre en question sa vision sur la théorie de l’évolution. Celui de l’alchimie, science ésotérique dont un des symboles est le caducée d’Hermès. Ce dernier ressemble étrangement à la double hélice de l’ADN.

 

L’écriture rythmée, les chapitres courts donnent à la lecture une belle cadence. Récit d’anticipation, quête initiatique et thriller scientifique, l’auteur nous promène entre érudition, réflexion et évasion. Malgré une mise en place de l’intrigue un peu longue "l’origine du mal" est un premier roman osé mais réussi !

Ma note : undefined 

 

Partager cet article
Repost0
28 juin 2008 6 28 /06 /juin /2008 17:13

Ed. Au Diable Vauvert - Thriller - Mai 2008 - 504 pages

 

Présentation de l’éditeur : A l’université de Grenoble, Nathan Seux travaille sur la sexualité. Ses recherches convergent vers un étrange laboratoire qui prétend utiliser génétique et nanotechnologies dans des buts alarmants : marketing, contrôle du corps et de l’esprit, « amélioration de l’homme ». Il cherche à en savoir plus, mais ses étudiants sont assassinés les uns après les et toutes ses pistes semblent déboucher sur des bains de sang.

En Allemagne, aux Etats-Unis et en France, un mystérieux groupe se revendique de cultes préchrétiens disparus et œuvre clandestinement à l’avènement des anciens dieux.

Quels liens unissent tous ces scientifiques apprentis sorciers en quête d’un « homme meilleur » ? Et qui est vraiment la jeune Jézabel, élevée dans le secret par un père paranoïaque et promise à un grand destin ? Pourchassés, acculés, Nathan et ses amis vont essayer de mettre à jour et de déjouer une menace bien plus terrifiante que tout ce qu’ils osaient imaginer.

Biographie de l’auteur : Né en 1975 en Ardèche, ingénieur de recherches en sciences humaines et sociales sur l’industrialisation des rapports sociaux, le contrôle social et les technologies de l’information et de la communication, Marin Ledun vit à Grenoble. Citoyen engagé dans le mouvement social radical, déjà auteur de nombreux articles et ouvrages de recherche, marathonien, peintre et guitariste, Modus operandi est son premier roman. Son blog  (Source : Au Diable Vauvert).

Mon avis : Alternant action et théorie, Marin Ledun nous livre un second roman qui démarre tambour battant. Un savant mélange de thriller saupoudré de délires mystiques, de maîtrise des corps par les nanotechnologies et de marketing viral aux tentaculaires réseaux de diffusion comme internet. Nathan se retrouve - par ses recherches - impliqué dans un monstrueux projet qui le dépasse. Bien malgré lui, le jeune professeur va mêler ses amis à une entreprise diabolique, l’amélioration de l’éspèce humaine.

 

La narration quant à elle est efficace, les chapitres se croisent à différentes époques avec de nombreux retours dans le temps. Quelques vingtaine d’années en arrière. Le voile se lève peu à peu. L’écriture est énergique et très visuelle. Les rebondissements s’enchaînent à un rythme haletant, le suspense est au rendez-vous. Les explications théoriques de Marin Ledun sur le marketing et les technologies restent très accessibles malgré quelques concepts assez complexes mais qui ne gênent en rien la fluidité du récit.

 

De plus, l’écrivain pousse le lecteur à la réflexion en soulevant les menaces possibles des travers de la science et des nouvelles technologies. En effet, les dérives qui en découlent sont ici poussées à l’extrême via les nanovirus, les manipulations génétiques et autres expériences à faire froid dans le dos. A noter que deux autres suites de Marketing viral devraient voir le jour.


Ma note :

Partager cet article
Repost0
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 10:23
Deux et demi : Ou Le roman du diable

Edition Plon - Thriller fantastique - Avril 2008 - 264 pages


Présentation de l’éditeur
 : Elles voulaient vivre libres et heureuses dans la maison de leurs rêves.

Elles ignoraient que le Mal les y attendait.

 

Les premières lignes : "Il y eut un précédent et même plusieurs. Mais jamais personne n'en sut rien. C'était dans l'ordre des choses, l'ordre que la Villa Marguerite et son maître réussissaient toujours à imposer, et cela quels que fussent les événements en cause, leur gravité."

 

Mon avis : Alec Covin frappe à nouveau avec un thriller flirtant avec le surnaturel, un genre dans lequel il excelle. Et il est français. Son talent pour faire naître le frisson chez ses lecteurs se confirme avec "Deux et Demi ou le roman du Diable". Grace est une écrivaine irlandaise qui cherche en vain l’inspiration. C’est en France avec sa compagne Kate qu’elle décide de se rendre. En effet, un mystérieux mécène lui offre l’opportunité d’écrire un livre dans sa magnifique villa perdue au cœur de la forêt de Fontainebleau. Un cadre idyllique pour écrire. Mais le mal rôde et le cauchemar prend forme parallèlement à la fièvre créatrice de Grace. Point intéressant, l’auteur nous fait découvrir le récit de cette dernière. Une sorte de roman dans le roman.


Un huit-clos intense et oppressant, un maison hantée à mille lieux des clichés que l’on connaît, un suspense allant crescendo, deux héroïnes attachantes et une atmosphère méphistophélique en font un roman diablement efficace. Et pour les lecteurs impatients de lire la suite des "Loups de Fenryder", Plon informe dans ce livre que le tome 3 est à paraître.

 

Ma note : undefined

 

Partager cet article
Repost0
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 20:35
La dernière prophétie

Editions Plon - Avril 2008 - 276 pages

Présentation de l’éditeur
 : En ce jour de la Toussaint 1148, Malachie meurt dans les bras de saint Bernard à Clairvaux. Avant de mourir, il a légué au célèbre abbé les 111 prophéties concernant l'avenir de l'Eglise.

Près de neuf siècles plus tard, soeur Inès, agent secret de l'ordre du Salut divin des Jésuites, enquête sur ces prophéties. Elle va découvrir le terrible secret qui menace l’Église de destruction, elle affrontera les plus dangereux membres de l'Opus Dei et de la Légion du Christ qui se livrent une guerre sans merci -la guerre des reliques- pour prendre le pouvoir au Vatican. Elle sera aidée dans sa quête par le père Michael qui détient un mystérieux carnet ayant appartenu au pape assassiné, Jean Paul 1er. Mais que cache ce terrible secret ?

Les premières lignes
 :
"La sœur se recueillait sous une arche antique couverte d’inscriptions grecques. Elle avait maintes fois échappé à la mort pour atteindre ce havre tranquille. Mais son esprit demeurait agité car sa vie désormais n’était faite que de sursis. Avec effroi, elle se souvint des cent onze prophéties de saint Malachie, moine irlandais, archevêque d’Armagh, qui les avait écrites en 1139".

Mon avis
 : Jean-Michel Thibaux nous embarque dans un étonnant thriller fantastique baignant dans une religion aux accents fanatiques. Ici point de force publique, ni d’agence gouvernementale. Tout se passe intra-muros au cœur de la chrétienté. Nous découvrons de puissantes organisations religieuses qui se disputent le pouvoir allant jusqu’à ressembler par leurs actes aux gangs des banlieues se faisant la guerre. C’est surprenant ! La grande ignorante que je suis en matière de religion a bien eu du mal a cerner chacune d’entre elles mais avec un peu de concentration, le voile se lève. 


Les nombreux personnages, fervants croyants, sont bien loin de l’image que nous nous en faisons habituellement. Ces religieux sont prêts à tout pour arriver à leurs fins, même au pire des péchés. Leur humanité se confond avec une monstruosité qu’ils pensent être légitime puisqu’ils servent la cause de Dieu. Les apparences sont bien souvent trompeuses. Le lecteur emboîte le pas de nos deux héros, le père Michael et Sœur Inès qui ne cessent de sillonner le monde lors de missions particulièrement périlleuses où leurs ennemis ne sont jamais loin. De la jungle sauvage du Panama au massif de la sainte Baume en Provence en passant par les arcanes du Vatican, c’est à un voyage palpitant que nous convie l’auteur.


Ma note
 :
  undefined

Partager cet article
Repost0

Ma Lecture du moment . . .


"Le Trône de Fer"
George R.R. Martin

 

DarkFantasy
J'ai lu - Intégrale II

Avis à la population...


        
  Wikio - Top des blogs - Litterature    

Mes Notes de lecture...

  Coup de coeur 

 
Chef d'oeuvre
 Excellent
 Bon (mais...)
 Passable
 A éviter

Mes Coups de coeur 2009

Les Chants de la Walkyrie 


Orgueil et préjugés : Edition spéciale
 
Les âmes brûlées