Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog Littéraire

  • : Au fil de mes lectures
  • : Mes notes de lecture...Vous y trouverez des genres divers, le fantastique, le polars, le roman historique, la fantasy, la littérature française et étrangère...
  • Contact

" La liseuse " de Fragonard

La-liseuse-copie-2.jpg

Entrez Votre Recherche

Mes Fées et Gestes

 






 

 

Les Archives

...

Avertissement au lecteur qui se risque en ces lieux !
Bienvenue sur mon blog entièrement dédié à l'une de mes passions, les livres. C’est une façon pour moi de garder une trace de mes lectures mais aussi de les partager avec d’autres passionnés et d’échanger des impressions et avis que je souhaite constructifs. 
Bien sûr, mes avis sont personnels et n'engagent que moi.
Bonne balade chez Laetitia la liseuse.

28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 18:01

Deuils de mielAux éditions Pocket - Sorti en poche février 2008 - 352 pages

Présentation de l'éditeur :
Depuis les derniers évènements de "Train d’enfer pour ange rouge" le commissaire Sharko est un homme brisé. Insomnies, remords, chagrin… Difficile dans ces conditions de reprendre du service. Mais une macabre découverte va brutalement le ramener à la réalité : une femme est retrouvée morte, agenouillée, nue, entièrement rasée dans une église. Sans blessures apparentes, ses organes ont comme implosé. Amateur d’énigmes, le tueur est aussi un orfèvre de la souffrance. Et certainement pas prêt à s’arrêter là.

Pour Sharko, déjà détruit par sa vie personnelle, cette enquête ne ressemblera à aucune autre, car elle va l’entraîner au plus profond de l’âme humaine : celle du tueur… et la sienne.

Mon avis : Une année s’est écoulée depuis les événements de "Train d’enfer pour ange rouge" et notre commissaire du 36, Franck Sharko, est de retour. Un anti-héros fait de failles aux prises avec ses démons intérieurs, un personnage complexe et torturé - comme je les aime - et qui n’hésite pas à se mettre en danger pour aider son prochain. Il nous entraîne cette fois-ci sur les traces d’un tueur diabolique, assoiffé de sang et de souffrance. Les énigmes apocalyptiques qu’il laisse derrière lui vont mener Sharko dans les bas-fond de Paris comme dans sa périphérie. 

Le lecteur est amené par une foule de détails et d’explications à participer à l’enquête via le profilage, la médecine légale ou encore l’entomologie. En effet, notre meurtrier nous fait trembler avec ses insectes cauchemardesques tels les arachnides, anophèles et autres porteurs de morts. Ce jeu de piste macabre se terminera en altitude en  région grenobloise.
L’intrigue est toujours aussi prenante, menée à une cadence d’enfer ponctuée de passages où l’auteur fouille avec efficacité la psychologie des protagonistes. L’amotphère est lourde, glauque, voir suffocante - nous sommes en plein mois de juillet - et les rebondissements s’enchaînent jusqu’à la dernière page tournée, nous laissant un brin troublé par ce dénouement. Cet ouvrage a reçu le prix Sang d’Encre des lycéens 2007.

Ma note :

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2008 4 24 /01 /janvier /2008 20:40

La porte rougeFleuve Noir - Titre original : Dark rivers of the heart - 640 pages

Présentation de l'éditeur : Est-ce parce que son père était  un  psychopathe que spencer Grant a choisi de devenir flic ? Sans doute... Mais cela ne saurait suffire à exorciser quelques minutes d'horreur absolue et des années de cauchemars. Car que s'est-il vraiment passé autrefois derrière la porte rouge, quand il était adolescent ?  Incapable de s'en souvenir, il revient sans cesse en rêve devant cette fameuse porte éclaboussée de sang, mais ne peut jamais la franchir.



KOONTZ-copie-2.jpgLes premières lignes
 :
"Avec la jeune femme au premier rang de ses pensées et un profond malaise au cœur, Spencer Grant cherchait la porte rouge à travers la nuit miroitante. Le chien, vigilant, demeurait assis en silence auprès de lui. La pluie ricochait  sur le toit de la voiture. L’orage était arrivé du Pacifique sans éclairs ni tonnerre, sans le moindre souffle de vent, à la fin d’un sombre crépuscule de février. Entre bruine et déluge, il privait la ville de toute énergie. Los Angeles et ses environs n'étaient plus qu'une métropole dépourvue d'âme, de désirs et d'angles vifs. Les immeubles se fondaient les uns aux autres, les véhicules circulaient à une allure d'escargot, les rues disparaissaient sous un brouillard gris."

Mon avis
 : Connu pour ses récits fantastiques, Dean R. Koontz nous livre là un thriller sombre via une course-poursuite haletante où l’on découvre au fil des pages le passé inquiétant de Spencer Grant. Malgré une histoire douloureuse, ce dernier embrasse la carrière de flic, exorcisant ainsi sa crainte de devenir un monstre à l’instar de son père.
Le scénario est simple mais efficace, l’action est au rendez-vous, les moments de réflexions donnent de la profondeur à l’histoire. C’est aussi un véritable roman psychologique où l’on retrouve des personnages fouillés pris au piège de cette toile qu’est leur difficile passé. Les vieux démons ressurgissent et l’auteur sait parfaitement nous transmettre les émotions des protagonistes. 

L’espoir est pourtant là, blottie dans quelques recoins sombres. L’ennemi est terrifiant, un psychopathe de la pire espèce qui explore avec un plaisir pervers les bas-fond de l’âme humaine. Et pour couronner le tout, Spencer, en essayant de retrouver une jeune femme dont il est tombé sous le charme, devient la cible d’une organisation secrète gouvernementale qui, grâce à des techniques informatiques et un réseau de surveillance planétaire, peut le suivre à la trace. Pour survivre, il va devoir remonter à la source de cette nuit d’horreur vécue dans son adolescence et percer le mystère qui se cache derrière la porte rouge.

Ma note :

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 12:14

Train d'enfer pour Ange rougeAux éditions "La vie du rail" et chez "Pocket".

Présentation de l'éditeur :
Depuis six mois que Suzanne a disparu, le commissaire Franck Sharko erre dans un monde peuplé de ténèbres. La découverte d’un cadavre cruellement mutilé, en une mise en scène défiant l’imagination, va le propulser au coeur d’une implacable machinerie meurtrière. Un voyage hallucinant et halluciné, des carrières granitiques bretonnes aux sordides backrooms sadomasos de Paris... Tapie dans l’ombre de la Toile, serait-ce la résurrection de l’Ange rouge, cet esprit machiavélique qui mène la danse à train d’enfer ? Et ce n’est pas Poupette, sa loco modèle réduit, seule encore à apaiser ses tourments, qui pourra lui indiquer la voie...
 

Mon avis
 : Une belle réussite pour un premier roman. L’univers que nous décrit Franck Thilliez est noir, très noir. Le commissaire Sharko, dont la femme a disparu six mois plutôt, enquête sur une série de crimes particulièrement atroces qui va le mener dans des milieux malsains et sordides sur les traces de l’homme sans visage. Ce jeu de piste semé d’embûches va lui rendre malgré tout quelques espoirs.

Un point important à relever est le souci du détail que nous offre l’auteur. Il nous donne matière à réfléchir par le biais de l’investigation scientifique. Le lecteur s’immerge un peu plus dans cette course-poursuite au travers de la cryptologie, l’anthropologie, la piste informatique, les autopsies… Une solide documentation à l’appui (voir site de l’auteur en cliquant sur la couv').

L’intrigue est source de frissons, diabolique, hallucinante. Les rebondissements s’enchaînent. Le suspense est palpable, va grandissant, nous tenant en haleine au fil des pages. L’écriture est soignée. Les émotions sont bien retranscrites. La présence de nombreuses métaphores dans le texte peut en rebuter plus d’un mais cela donne aussi plus de substance aux protagonistes.

Les personnages sont riches d’humanité pour certains et riches de monstruosité pour d’autres. Mais méfiez-vous, ils ne sont pas toujours ce que l’on croit. Les apparences sont trompeuses et Franck Thilliez joue sur ce point, nous menant sur de fausses pistes. L’auteur ne les épargne pas non plus. Le commissaire Sharko, quant à lui est le parfait héros torturé mais aussi tête brûlée qui en impose. Bref, il est attachant tout comme les personnages qui gravitent autour de lui et l’aident dans sa quête désespérée pour retrouver sa Suzanne.

C’est donc sûr, je vais attendre la sortie en poche pour février prochain de « Deuils de miel » pour suivre de nouveau les aventures du commissaire Sharko.

Ma note :

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2007 6 13 /10 /octobre /2007 12:03

Challenge ABC 2007 - Lettre C


les Loups de Fenryder
Aux éditions Plon et J'ai lu -  Tome I  - Lu en été 2005  coeur-chouette.gif

Depuis qu'il a déclenché leur colère, l'auteur de best-sellers Stanley Holder vit en plein cauchemar : ils ont massacré sa fille unique.

La raison ? Il a trahi leur existence en levant le voile sur une ancienne énigme : un monstrueux carnage, au cours duquel ils immolèrent femmes, enfants, maîtres et serviteurs, au service de leurs sombres desseins.

Ils ? Les Loups de Fenryder.


Aujourd'hui, Stanley Holder sait que les Loups se sont réveillés. Par sa faute. Et que, comme en Louisiane en 1933, le sang va se remettre à couler.
 

Mon avis
   : Voilà un superbe roman mêlant brillamment thriller et fantastique. C’est très visuel, très percutant. Tout commence en 1933, en Louisiane. Trois jeunes dont Rose, en voulant espionner une fête se déroulant chez de riches propriétaires vont être les témoins bien malgré eux d’une horrible scène. Puis passent les années. Rose, raconte l’histoire à son petit-fils, célèbre écrivain. Ce dernier va se retrouver dans des histoires pas possibles. C’est ce qui arrive en général quand on en dis trop, non ? les loups de fenryder (une société secrète) n’auront de cesse de lui faire mener une vie cauchemardesque. Car, oui, ici, on est bien dans le cauchemar (devenu réalité) avec frissons et compagnie ( je me suis souvent retournée d’ailleurs, arf !!!). j’ai été très emballé par tous ce foisonnement de rebondissements, quelle imagination ! La chute est vraiment spectaculaire.

Ma note
:
 



Etats primitifsAux éditions Plon et J'ai lu -  Tome II   coeur-chouette.gif

Présentation de l'éditeur : Général sudiste impitoyable et sanguinaire, Lucius Ewel Fenryder a semé la terreur sur les champs de bataille de la guerre de Sécession.
Il est revenu des Enfers.
On le dit rusé et immensément puissant.

Chef de la société secrète qui porte son nom, il a juré de détruire l’Amérique à jamais. Il est à New-York et, dans moins de sept jours, il aura déclenché l’opération Démons…


Après le succès des Loups de Fenryder, Alec Covin est aujourd’hui unanimement reconnu comme l’un des meilleurs auteurs de thriller de sa génération.


Mon avis
: La suite des « Loups de Fenryder » se fait plus noire, plus impitoyable pour nos protagonistes. Délaissant la Louisiane pour New-York, la Grande Pomme devient dans ce tome la cité de la Peur, de toutes les peurs. Le général Fenryder est plus déterminé que jamais et son organisation secrète plus organisée. Le compte à rebours à commencé. Parmi les rescapés du premier tome, nous retrouvons la journaliste Sarah Widar, de nouveau sur les traces des loups. Aidée par ses amis Tim Modin, détective et Forrest Magnus, son compagnon artiste peintre, elle va au fil des pages percer les mystères de Fenryder et tenter de contrer ses plans maléfiques. Car cet homme et ses loups sont éminemment puissants et capables de matérialiser nos plus grandes peurs. D’ailleurs les passages de ces dernières sont une grande réussite du point visuel. Frissons garantis ! de l’horreur pure. Côté personnages, le lecteur s’y attache très vite. Un bon point pour l’auteur qui malgré la multitude de persos créés a bien su développer leur psychologie.

Point intéressant, chaque chapitre est précédé d’une phrase nous donnant un avant-goût de ce qui va suivre. Alec Covin truffe son roman de références aux maîtres de l’horreur tels Lovecraft, Stocker, Stevenson. De plus, il prend un malin plaisir à jouer avec nos peurs les plus primitives, autant celle des héros que celle du lecteur (je viens de trouver la plus grande de mes peurs – heureusement pour moi, aucun loup en vue !). bref, une trilogie à conseiller – le tome 3 est prévu pour 2008 – si vous souhaitez frissonner tout en menant l’enquête à travers le personnage de votre choix.

Ma note :

Biographie de l'auteur
Alec Covin est né en 1970. Après des études de littérature et de cinéma, il a travaillé dans le milieu de l’art contemporain.
Fan de Stevenson, Kubrick et Dostoïevski, considéré comme l’un des meilleurs auteurs fantastiques de sa génération, Alec Covin a publié deux romans : Les loups de Fenryder (Plon, 2005 ) et Etats Primitifs (Plon, 2006), largement salués par la critique, publiés tous deux en poche (J'ai Lu) et traduits dans plusieurs langues. (source Plon)

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2007 6 21 /07 /juillet /2007 15:07

 

L'Exilé


Présentation de l'éditeur : Un tueur, cherchant à effacer des indices compromettants, qui laisse dans son sillage une ribambelle de cadavres... Un jeune flic, issu d'une unité d'élite de Los Angeles, qui se lance à sa poursuite... Un monstre, une machine à tuer programmée depuis l'enfance, dont les visées, lorsqu'elles seront révélées au grand jour, ébranleront l'Occident... Des Etats-Unis à Saint-Pétersbourg en passant par Londres et la France, L'Exilé est l'histoire d'une chasse à l'homme sans merci. Le troisième roman d'Allan Folsom est sans conteste le plus achevé, le plus sanglant aussi.

Biographie de l'auteur : Né en 1944, Allan Folsom a grandi à Boston, puis est parti s'installer sur la côte Ouest des Etats-Unis en 1963. Il a longtemps travaillé dans le cinéma, notamment en tant que scénariste. Dès son premier roman, L 'Empire du mal, il a connu un succès colossal en tant qu'écrivain. Ses intrigues mêlent politique-fiction et scènes d'action. Il vit actuellement à Santa Barbara, en Californie.
 


Mon avis
: L’histoire tient le lecteur en haleine durant un peu  plus de 400 pages. Une véritable chasse à l’homme commence, qui nous entraîne des USA à la Russie en passant par l’Europe. John Barron, jeune inspecteur de l’unité spéciale 5-2 de L.A. traque sans relâche Raymond Oliver Thorne, un tueur en série des plus rusé qui n’hésite pas à supprimer tout ceux qui se mettent en travers de son chemin. Au fil des pages, ce thriller va évoluer en roman d’espionnage. L’intrigue nous arrive par bribes au milieu de nombreux rebondissements pour mieux nous surprendre. L’action, elle, est menée à un train d’enfer. Les chapitres sont courts avec une originalité : l’heure annoncée, ce qui donne un petit air de « 24 heures chrono ». Bref, la véritable raison des agissements de Raymond ne sera dévoilée que dans la troisième partie (La Russie). D’ici là, la première partie (Los Angeles) et  la deuxième partie (L’Europe) nous invite dans un suspense rythmé, haletant et difficile à lâcher.

Ma note : stars-7.gif

Partager cet article
Repost0
25 juin 2007 1 25 /06 /juin /2007 16:15

Le cercle de sang

Résumé du site : Hôpital d’Hammerfest, Norvège. Nathan Falh, membre d’une expédition polaire sort du coma après un accident de plongée. Il ne sait plus qui il est. Personne ne le réclame. Et Pourtant il se sent traqué…

Bibliothèque Malatestiana, Cesena, Italie. Un spécialiste des textes anciens décrypte. Un manuscrit malouin du XVIIe siècle, Qui révèle page après page une terrible malédiction. Une malédiction qui traverse le temps… Jusqu’à aujourd’hui.

Seul Nathan détient les clefs de ce mystérieux manuscrit et peut empêcher la folie meurtrière de se déchaîner. Mais pour cela, il doit recouvrer la mémoire et faire toute la lumière sur un passé terrifiant : le sien.
Il joue contre le temps. Car le cercle de sang s’apprête à frapper…
Des glaces arctiques aux terres brûlées de l’Afrique, une course poursuite à couper le souffle qui mêle avec maestria science et sorcellerie, crimes rituels et complot international.

Extrait : "Torche entre les dents, Nathan se laissa glisser le long du puits d’ombre, s’aidant le moins possible de l’échelle dont il aurait besoin pour rejoindre la terre ferme. Une fois atteint le sol spongieux, il inspecta l’état de la galerie à la lueur de sa Maglite.
Le départ du boyau ne mesurait pas plus d’un mètre soixante de diamètre; les parois, un mortier suintant de boue ocre et de blocs de lave, avaient été tapissées de planches mal équarries. L’ensemble paraissait suffisamment solide pour empêcher les éboulements. Il ajusta sa capuche, jeta un ultime regard au ciel morne et entama sa descente vers les ténèbres.
Il avançait, lentement, le corps penché, refoulant les pensées qui l’assaillaient, concentré sur les dangers de cet antre, sentant le souffle chaud des parois, évitant les rondins pourris qui jonchaient le sol, les racines luisantes qui jaillissaient de toutes parts comme des griffes tendues vers son corps vulnérable. Bientôt la lumière du jour disparut totalement, et aux cris perçants des animaux succéda le silence.
Il venait de franchir une nouvelle frontière. Un monde nocturne, loin du Congo et du génocide, qui l’embrassait de ses ailes noires."


Mon avis
 : Vous aimez voyager dans vos lectures, alors vous allez être servi ! Norvège, Italie, Rwanda, France, Egypte font de ce récit un véritable dépaysement. C’est très visuel. Normal puisque l’auteur est grand-reporter et réalise moult documentaires. Nathan, notre personnage principal, nous emmène avec lui tambour battant car le temps est un enjeu précieux dans l’intrigue. Et pour donner cet effet, les chapitres sont courts, les rebondissements nombreux. Même si le scénario du héros amnésique et solitaire est un thème archi connu, j’ai trouvé cette lecture bourrée d’énigmes et de péripéties plutôt bien menées. Le passé vient apporter quelques mystères de plus sous la forme d’un étrange manuscrit. Une secte traversant les siècles aux rites occultes, une conspiration au relent de vengeance le tout saupoudré de science et de religion et le lecteur passe là un agréable moment. Un petit bémol tout de même, j’ai trouvé que l’histoire perdait une partie de sa dynamique vers le milieu du livre. Mais pour un premier thriller, j’ai découvert un auteur très prometteur. A quand le prochain ?

 
Ma note : undefined

Partager cet article
Repost0
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 12:10

Pig Island

Editions Presses de la Cité - Collection Sang d'encre

Présentation de l'éditeur
 : Joe Oakes est journaliste et gagne sa vie en démystifiant les prétendus phénomènes paranormaux. Ce sceptique-né n'a jamais eu qu'un seul credo : tout s'explique rationnellement. En débarquant sur Pig Island, un îlot perdu au large de l'Ecosse, il est fermement décidé à vérifier si la trentaine d'allumés qui y vivent en vase clos vénèrent le diable comme les en accusent les gens de la côte. Il veut aussi découvrir ce qu'est devenu le fondateur de la secte, le pasteur Malachi Dove, un charlatan qu'il a connu dans sa jeunesse et qui ne s'est plus manifesté depuis vingt ans. Enfin et surtout, il veut tordre le cou au mythe du monstre de Pig Island - une mystérieuse créature filmée deux ans plus tôt sur le littoral désert de l'île par un touriste à moitié ivre. Mais rien, strictement rien ne se passe comme prévu. Joe Oakes va être confronté à des événements tels que son idée de la peur et du mal ne sera plus jamais la même...

Biographie de l'auteur : Enfant terrible, Mo Hayder délaisse les études à l'âge de seize ans. Après dix années d'errance londonienne, " sexe, drogue et rock'n'roll ", elle décide, un aller simple en poche, de s'envoler pour le Japon. Elle y exerce les métiers de serveuse, éducatrice et professeur d'anglais, avant de partir pour les Etats-Unis faire des études de cinéma. De retour en Angleterre, elle occupe un poste dans la sécurité comme garde du corps et écrit Birdman, qui devient un best-seller. L'Homme su soir et Tokyo, Grand Prix des Lectrices de Elle, en 2006, confirment son immense talent.

 

Les premières lignes : La première sirène d'alarme s'est déclenchée dans ma tête au moment où le patron et le pêcheur de homards m'ont montré ce qui s'était échoué sur la grève. Il m'a suffi d'un regard au fracas des vagues pour comprendre que démonter le canular de Pig Island ne serait pas une partie de plaisir, contrairement à ce que j'avais espéré.

Je n'ai trop rien dit pendant quelques minutes, et sans doute me suis-je grattouillé la nuque, planté là, le regard fixe, parce que ce genre de truc... ma foi, ça fait réfléchir, pas vrai ? On a beau se prendre pour un cador, se dire qu'on a déjà à peu près tout vu, se croire blindé contre les histoires de dingues qu'on entend de-ci de-là, voir une saleté pareille vous lécher les semelles, ça donne forcément de petites démangeaisons. Que n'ai-je pris mes cliques et mes claques et lâché l'affaire séance tenante ? Bon, stop. Pas la peine. Il y a longtemps que j'ai renoncé à me poser cette question.
  


Mon avis
: Premier livre que je lis de cet auteur. C’est un roman noir aux accents gothiques à nous faire frissonner à souhait. Eh oui, attendez-vous à quelques scènes à vous faire venir le cœur au bord des lèvres. Tout nos sens sont mis à contribution. L’atmosphère mystérieuse qu’elle a su créer dans ce récit m’a tout de suite plu. Nous sommes en terre de légendes, sur une île isolée, non loin de l’Ecosse voilée de brume qui trompe le regard. Bien que l’impression d’être dans un genre fantastique nous suit dans cette lecture, le lecteur découvre peu à peu que tout a finalement une explication.  Elle exploite et joue sur nos peurs les plus primitives comme la peur des monstres, peur de l’autre, celle d’être épié… Progressivement, le cauchemar se précise et le piège se referme sur une chute que je n’avais pas, mais, alors pas du tout imaginé. Bref voilà un thriller des plus diaboliques.
  


Ma note
:
  

Partager cet article
Repost0
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 14:29
Lu le 22 avril 2007


Un peu de suspense cette fois-ci sur près de 320 pages au livre de poche. Je voulais lire un autre livre de Serge Brussolo, après "Hurlemort" - très différent d'ailleurs - et le résumé de celui-ci m'a bien emballé. Si vous connaissez d'autres histoires de ce genre (amnésie, cavale, course poursuite, recherche de son passé...), je suis toute ouïe !!!



Présentation de l'éditeur


Extrait 
: « Certaines personnes ont un trou de mémoire… un trou dans leur emploi du temps… elle, elle avait tout cela à la fois puisqu’elle avait un trou dans la tête.

Un beau trou, du diamètre d’un pièce de cinq cents. Çà ne paraît pas beaucoup une pièce de cinq cents, mais il est des circonstances où l’on découvre que c’est énorme. Un gouffre. Un abîme. »

 

Mon avis : Jane Doe, c’est le nom qu’on lui donne depuis qu’elle a été retrouvée gisante, une balle reçue en pleine tête, 6 mois auparavant au pied des collines d’Hollywood. Amnésique, Jane ne veut pas savoir qui elle était dans son passé. Elle veut refaire sa vie tout simplement, repartir de zéro. Mais comment y arriver, quand un inconnu essaye de vous éliminer et que des instincts d’une vie passée ressurgissent ? Qui est « la fille de la nuit » qui la visite dans ses rêves ? Dans le doute, le Docteur Crook emploie Sarah, garde du corps, pour la surveiller et la protéger. L’ambiguïté de Jane nous joue des tours ; qui est-elle vraiment ? Dit-elle la vérité ou exprime-t-elle ses propres fantasmes ?

 

L’auteur nous ballade avec talent entre moult rebondissements, hypothèses et autres surprises. Voilà un thriller au suspense prenant. Serge Brussolo est passé maître dans l’art de manipuler le lecteur au fil des pages. La construction du récit est fascinante. Alors que l’on croît avancer dans la bonne direction, on s’aperçoit que l’on a tout faux et qu’il faut chercher ailleurs. Bien que le début ait manqué d’action à mon goût, j’ai été par la suite happée par l’histoire. Il faut absolument découvrir cet auteur très prolifique qui m’a épaté encore une fois. Vous avez le choix car c’est un touche à tout : Thriller, fantastique, SF, roman historique… et de plus, ses livres sont sortis en poche.

 

Ma note undefined

: Elle a survécu par miracle à une balle dans la tête. Dans l'hôpital de Los Angeles où elle se rétablit, on l'appelle désormais Jane Doe. Mais plus personne ne pourra dire qui elle était avant...
Peut-être une tueuse, une créature de l'ombre, froidement programmée pour le crime. C'est ce que lui font penser d'étranges réflexes d'autodéfense, des rêves nocturnes où se déroulent d'implacables scénarios de meurtres. A moins que ce ne soit sa blessure qui ait libéré en elle cette nouvelle personnalité ?
Une seule certitude : on veut toujours sa mort.
Une fois encore, avec une imagination confondante, l'auteur de Sourire noir et du Chien de minuit (Prix du roman d'aventures 1994) nous entraîne dans un labyrinthe d'angoisses. Des angoisses qui sont celles de l'Amérique moderne, mais secrètement, aussi, celles de chacun d'entre nous...
 Le Livre de poche - 320 pages
Partager cet article
Repost0
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 14:07

Lu le 21 février 2007

 

  L'évangile selon Satan - Patrick Graham   coeur-chouette.gif


Présentation de l'éditeur
: 2006, Hattiesburg, dans le Maine. Rachel, l'assistante du shérif du comté, enquête sur la disparition de quatre jeunes serveuses. Elle disparaît à son tour. Marie Parks, profileuse au FBI qui possède des dons de médium et s'est spécialisée dans la traque des cross-killers - les tueurs en série qui voyagent -, est chargée d'enquêter sur la disparition de Rachel. Elle retrouve son corps torturé et la dépouille des quatre disparues crucifiées dans une crypte. Le tueur, abattu par le FBI, est un moine qui porte les signes du Diable. Quelques jours plus tard, au Vatican, le cardinal Oscar Camano, patron de la congrégation des Miracles, apprend que les quatre jeunes femmes assassinées sont les religieuses qu'il avait envoyées aux Etats-Unis pour enquêter sur la vague de meurtres qui frappent l'ordre des Recluses, un ordre très ancien, chargé depuis le Moyen Age de protéger et d'étudier les manuscrits interdits de la chrétienté. Il confie au meilleur de ses exorcistes, le père jésuite Carzo, le soin de retrouver la trace de cet évangile que l'Eglise a perdu six siècles plus tôt... Avec L'évangile selon Satan, Patrick Graham fait une entrée spectaculaire dans le club des grands écrivains de thrillers.
 
Mon avis : En lisant le résumé du livre, j’avais déjà eu un coup de cœur pour l’histoire. Eh bien je ne suis pas déçue du voyage. L’auteur maîtrise avec brio son histoire et l’écriture est rythmée, fluide et l’ambiance inquiétante qui s’en dégage est parfaitement rendue. Ce thriller est très visuel. C’est un récit sombre de bout en bout mais où la flamme de l’espoir ne s’éteint jamais malgré les évènements terrifiants qui en jalonnent le livre. Nous sommes dès le début, transportés au Moyen Âge en 1348 au temps de la grande peste noire où des recluses en charge de conserver des livres interdits dont un des plus maléfiques, sont massacrées une à une. Puis nous revenons de nos jours où des meurtres étranges se multiplient. Le Vatican et le FBI vont se lancer dans une course contre la montre à la poursuite d’un tueur en série qui n’a qu’un but, retrouver l’évangile de Satan. Derrière ces crimes, se cache une organisation sataniste des plus puissante et dangereuse. Frissons, suspense, rebondissements sont au programme dans cette enquête haletante. La chute finale nous laisse le choix de la suite.
 
Ma note :
 
Les premières lignes :


11 février 1348, couvent-forteresse de Bolzano, au nord de l'Italie.

L'air s'amenuisant dans le réduit où elle achève de se consumer, la grosse chandelle de cire faiblit. Elle ne va pas tarder à s'éteindre, et dégage une écoeurante odeur de suif et de corde chaude.
Épuisée par le message qu'elle vient de graver dans la paroi à l'aide d'un clou de charpentier, la vieille religieuse emmurée le relit une dernière fois, la pulpe de ses doigts effleurant les encoches là où ses yeux fatigués ne parviennent plus à les distinguer. Puis, lorsqu'elle est certaine que ces lignes ont été gravées assez profondément, elle vérifie d'une main tremblante la solidité de la cloison qui la retient prisonnière. Un mur de briques dont l'épaisseur l'isole du monde et l'étouffé lentement.
L'exiguïté de sa tombe lui interdit de s'accroupir ou de se tenir droite, et cela fait des heures que la vieille femme se tord le dos dans ce réduit. Le supplice de l'emmurement. Elle se souvient d'avoir lu de nombreux manuscrits rapportant les souffrances de ces condamnés que les tribunaux de la Très Sainte Inquisition emprisonnaient dans la pierre après leur avoir arraché des aveux. Des avorteuses, des sorcières et des âmes mortes auxquelles les pinces et les tisons faisaient avouer les mille noms du Diable.
Elle se rappelle surtout un parchemin qui relatait au siècle dernier la prise du monastère de Servio par les troupes du pape Innocent IV. Ce jour-là, neuf cents chevaliers avaient encerclé ces murailles où l'on disait que, possédés par les forces du Mal, les moines faisaient dire des messes noires au cours desquelles ils éventraient des femmes pleines pour dévorer leur progéniture. Derrière cette armée, dont l'avant-garde tordait la herse à coups de bélier, des chariots et des carrosses abritaient les trois juges de l'Inquisition et leurs notaires, les bourreaux assermentés et leur attirail de mort. La porte abattue, on avait retrouvé les moines agenouillés dans la chapelle. Ayant inspecté cette assemblée silencieuse et puante, les soudards du pape avaient égorgé les plus faibles, les sourds, les muets, les difformes et les imbéciles, puis ils avaient emporté les autres dans les soubassements de la forteresse, où ils les avaient torturés nuit et jour pendant une semaine. Une semaine de hurlements et de larmes
.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 14:03

Présentation de l'éditeur : Pas plus que sa jeune acolyte, l'inspecteur profileur Brolin ne pense que les sérial killers reviennent d'outre-tombe. Fût-il  le monstrueux bourreau de Portland qui étouffait et vitriolait ses victimes avant de les découper avec précision. Mais le bourreau est mort et le carnage se poursuit, identique : un même rituel horrible. Le nouveau tueur  agit-il seul ou fait-il partie d'une secte ? Pure sauvagerie ou magie noire ?

Brolin a peur. Cette affaire dépasse tout ce qu'on lui a enseigné. S'immerger complètement dans la psychologie d'un monstre, le comprendre afin de le cerner et de prévoir ses crimes, devenir un monstre soi-même, tels sont les moindres risques de son métier. On dit au FBI qu'il s'en faudrait d'un rien pour qu'un bon profileur aille rejoindre la galerie de ses pires clients. Peut-on impunément prêter son âme au mal ?


Présentation de l'éditeur : Chaque année, des dizaines de personnes disparaissent à New York dans des circonstances étranges. La plupart d’entre elles ne sont jamais retrouvées. Julia, elle, est découverte vivante, scalpée, entre autres sévices, et prétend s’être enfuie de l’Enfer. On pourrait croire à un acte isolé s’il n’y avait ces photos, toutes ces photos…

Annabel O’Donnel jeune détective à Brooklyn prend l’enquête en main, aidée par Joshua Brolin, spécialiste des tueurs en série. Quel monstre se cache dans les rues enneigées de la ville ? Et si Julia avait raison, si c’était le diable lui-même ? Ce mystère, ce rituel… Dans une atmosphère apocalyptique, Joshua et Annabel vont bientôt découvrir une porte, un passage… dans les ténèbres.



Présentation de l'éditeur : Une ombre inquiétante rôde dans les forêts de l’Oregon. C’est d’abord un employé de l’environnement qui est retrouvé mort, le visage horrifié. Aucune trace du criminel… Dans le même temps, des femmes disparaissent en pleine nuit, pendant le sommeil de leur époux. Pas de trace d’effraction dans les maisons… Et puis se répand une épidémie singulière : les foyers de Portland sont envahis par des araignées aux piqûres mortelles. Les victimes s’accumulent et la psychose s’intensifie. Et s’il n’y avait qu’une seule personne derrière tout cela ?

Un être pas comme les autres. On commence à murmurer le pire : et s’il n’était pas humain ? Joshua Brolin et Annabel O’Donnel vont mener l’enquête, entrer dans la toile et faire face à l’impensable.

Une nouvelle génération de tueur.


Bientôt mon avis sur la trilogie du mal, en attendant voilà ma note :
  

Partager cet article
Repost0

Ma Lecture du moment . . .


"Le Trône de Fer"
George R.R. Martin

 

DarkFantasy
J'ai lu - Intégrale II

Avis à la population...


        
  Wikio - Top des blogs - Litterature    

Mes Notes de lecture...

  Coup de coeur 

 
Chef d'oeuvre
 Excellent
 Bon (mais...)
 Passable
 A éviter

Mes Coups de coeur 2009

Les Chants de la Walkyrie 


Orgueil et préjugés : Edition spéciale
 
Les âmes brûlées